Une poupée pour une fille, une petite voiture pour un garçon. Dans les magasins de jouets, le jugement est clair. Quiconque a visité la section des enfants au moins une fois le sait. Des étagères roses et douces sont remplies de poupées, de poneys et d’ensembles de jeux pour des coiffeuses et esthéticiennes. Celles aux couleurs vertes et bleues sont destinées aux garçons, et on y retrouvera des voitures, des jeux et des super-héros.

Le rose pour les filles, le bleu pour les garçons

… La plupart d’entre nous ont été élevés de la même façon. Élevé par les parents, mais aussi la publicité, la société, la culture, les normes. De même, la plupart d’entre nous élevons nos enfants. À l’époque où j’étais nounou à temps plein, les terrains de jeux du quartier étaient ma deuxième maison.

Une fois, j’ai vu ma mère, qui arrachait une voiture à une fille de 4 ans, parce que c’était « le jouet de mon frère », une autre fois, j’ai été témoin d’une dispute dans un magasin. Le papa s’efforçait d’arracher la poupeé monster high des bras de son fils, car « ce n’est pas une section pour les garçons ». Je soupçonne que la plupart d’entre nous ont été témoins d’incidents similaires, et combien de fois nous avons parlé à nos enfants de la même manière.

Un enfant n’a pas besoin de beaucoup de temps pour encoder un tel message dans sa tête : je ne peux pas faire quelque chose simplement parce que je suis un garçon/une fille. Ce n’est pas une bonne idée. Après tout, quand nous grandissons, nous réalisons que chacun de nous a des besoins, une sensibilité et un caractère différents, et catégoriser les gens est nocif.

La poupée n’est pas pour un garçon !

Les auteurs de « The Tongue of a Two-Year-Old », Tracy Hogg et Melinda Blau, rappellent l’histoire d’Eileen et de son fils Robby et soulignent que les mères de garçons sont plus sensibles aux stéréotypes de ce genre que les mères de filles. Le bébé de 19 mois aimait jouer avec des poupées, mais dès qu’elle en a pris une, sa mère est intervenue et a fait la remarque que c’était « pour les filles ». Le garçon était déprimé et elle a expliqué que « le mari ne serait pas content de savoir quels jouets son fils choisissait. »

Hogg tonne : « C’est une connerie pyramidale » ! L’infirmière indique que si nous sommes désireux d’offrir aux plus jeunes des jouets qui stimulent l’imagination ou enseignent de nouvelles compétences, nous pouvons également éliminer ces stéréotypes du processus d’éducation. – Un garçon jouant avec une poupée apprend à être protecteur. Une fille jouant avec un camion de pompiers apprend à être active et énergique. Pourquoi l’un d’entre eux serait-il privé de cette expérience ? Quand ils seront grands, ils devront faire les deux.

Les enfants pensent. Ils veulent apprendre, prendre des décisions, essayer. Ils ne peuvent pas être traités comme des jouets pour adultes, des robots librement programmables. Bien sûr, le rôle du parent est de transmettre des connaissances et des compétences, mais l’expérience s’ajoute également à l’ensemble. Et ceux-ci peuvent être acquis par l’enfant lorsque nous lui donnons la liberté d’agir et de choisir.

Avez-vous déjà dit à votre fils/fille qu’il devrait mettre un jouet de côté parce que « ce n’est pas pour un garçon/une fille » ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.